Vrikshâsana

 

Vrikshâsana

 

VRIKSHÂSANA (posture de l'arbre)

Le Yoga ne sépare l’homme ni de la terre, ni du ciel. Les deux sont en lui, et dans cet exercice l’homme les réunit symboliquement. L’être humain a besoin de cette référence au symbolisme de la nature.

En effet, qui pourrait concevoir notre planète sans un seul arbre ?

A sa base, la racine, bien que non visible, est une partie importante de l’arbre. Elle lui donne sa verticalité, une assise solide, un équilibre puissant et constitue l’un des canaux par lesquels il s’alimente.
Un arbre avec beaucoup de feuillage et peu de racines peut être déraciné au moindre coup de vent, tandis qu’un arbre avec beaucoup de racines et peu de feuillage, la sève court difficilement.
Racines et feuillage doivent pousser dans les mêmes proportions.
Il faut être dans les choses et au-dessus, ainsi seulement il devient possible d’offrir ombre et refuge et de se couvrir de fleurs et de fruits quand la saison est venue.

Chez l’homme, l’axe est constitué par la colonne vertébrale.
La racine se situe en bas de la colonne vertébrale, au niveau de muladhara chakra où se manifeste l’énergie latente.
Les pieds représentent la terre.
Les mains jointes au-dessus de la tête, l’espace infini.
Des fondations solides auront un effet considérable sur l’équilibre et la concentration. Il n’y a pas d’équilibre sans concentration, ni de concentration sans équilibre.
Ce n’est donc que lorsque les deux se rejoignent que la posture est accomplie.

La posture de l’arbre incarne la lente évolution et l’ambition de l’homme tourné vers la recherche de son identité, chemin de vie qu’il doit suivre dans l’humilité.
La verticalité symbolise l’ascension spirituelle : l’homme, être visible, recherchant l’invisible qui est en lui.

Exécution de la posture :

  • Debout, basculer le poids du corps à droite sur la plante du pied droit.
  • Être conscient d'avoir bien ancré la plante du pied droit au sol afin de pouvoir y basculer tout le poids du corps.
  • Maintenir le dos bien droit en poussant le sommet arrière du crâne loin de la base de la colonne vetébrale, menton rentré et parallèle au sol, nuque étirée.
  • Fixer un point devant soi à hauteur des yeux.
  • En expirant, plier le membre inférieur gauche devant soi.
  • En inspirant, effectuer un mouvement d'ouverture au niveau de la hanche gauche pour amener ce membre inférieur plié par le côté gauche du corps.
  • Placer la plante du pied gauche contre l'intérieur de la cuisse droite (s'aider de la main gauche si nécessaire pour placer ce pied au plus haut sous pubis).
  • Contracter la sangle abdominale vers le haut pour soutenir la colonne vertébrale et se redresser dans l'espace.
  • Prendre conscience de son équilibre dans ce début de posture.
  • En expirant, joindre les paumes de main devant Anahata chakra, le chakra du cœur, en âtmanjali-mudrâ.
  • En inspirant, monter les mains jointes, coudes en arrière, jusqu'à tendre les bras, plaqués aux oreilles, vers le ciel au dessus de la tête.
  • Respirer calmement dans la posture.
  • En pleine conscience, vivre la posture de l'intérieur. A chaque inspir s'étirer vers le ciel et à chaque expir s'enraciner au sol dans un parfait équilibre.

Le retour est tout aussi important que la prise de posture. Il se fait en sens inverse avec la même présence.
Rester ensuite quelques instants en Samasthiti dans l'immobilité et le silence afin d'intégrer en pleine conscience les effets de la posture.

Puis inverser la posture en changeant le pied d'appui au sol. Ceci assurera un travail uniforme du corps en faisant travailler alternativement un côté puis l'autre.

Effets de la posture :

  • Sur le plan physiologique, cette posture est axée surtout sur l’équilibre et la concentration.
  • Le fait de poser un pied contre la cuisse amorce une légère bascule du bassin en avant, ce qui peut favoriser un certain confort dans la tenue verticale du tronc.
  • La position verticale des bras favorise une plus grande ouverture de la cage thoracique, permettant un échange respiratoire maximum.
  • Le poids du corps, réparti uniquement sur une jambe, stimule toutes les chaînes musculaires du membre inférieur. Le centre de gravité est reporté sur la jambe en appui. L’équilibre sur le membre inférieur exige un travail important des muscles postérieurs, des fessiers et des latéraux ainsi que des muscles de la cuisse et de la jambe.
  • En levant les bras à la verticale près des oreilles tout en gardant les paumes des mains jointes, le pratiquant étire les côtés des bras et il y a contraction des muscles reliant l’ensemble épaule-omoplate-bassin à l’arrière du dos.
  • L’équilibre de la racine de la posture ne doit pas être troublée et demande donc de la vigilance et de la force dans la partie basse bassin-membres inférieurs.
  • La sensation d’enracinement au sol qui découle de cette posture aide l’identification avec le symbolisme de l’arbre.

Contre-indications :

  • Fragilité des hanches
  • Fragilité des membres inférieurs
  • Fragilité des épaules

Nota :

Toujours garder à l'esprit la définition clé de l'âsana. La posture doit répondre à deux exigences : être stable et agréable de façon à pouvoir installer le corps dans celle-ci longtemps, sans effort et avec aisance. Quand l’entraînement dans la posture permet de la garder fermement, tout en se sentant à l’aise, alors le but est atteint.

 
 

Article Dany Loriole-Martin enseignante de Yoga
Copyright © YOGA PLENITUDE

 
 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau