Nadi-Sodhana

 

nadi-sodhana

 

Nadi-sodhana (le souffle purifiant ou respiration alternée par les narines)

Les nadis sont, métaphoriquement , les conduits nerveux du corps énergétique à travers lesquels circule le prana, ou l'énergie vitale. Nadi-sodhana signifie purification (sodhana) des influx nerveux (nadis).
Le but de cet exercice respiratoire, est de neutraliser la tension physique et mentale et d'améliorer la respiration nasale. En régulant la respiration, en la rendant plus profonde et plus longue, vous libérez la tension des nadis, vous calmez votre mental, et vous vous sentez relaxé.
Dans la pratique de nadi-sodhana, vous adoptez une position particulière de la main, Nasagra-Mudrâ.

Nasagra Mudrâ

  • Vous placez l'index et le majeur au milieu du front entre les sourcils, Ajna chakra (le troisième œil)
  • Le pouce sur la narine droite
  • L'annulaire et l'auriculaire sur la narine gauche

Dans ce mudrâ, chaque doigt a une signification particulière :

  • Le pouce représente la culture du pouvoir de la volonté
  • L'index représente le "Je" ou le moi
  • Le majeur, l'Absolu ou l'être spirituel
  • L'annulaire, la maturité des émotions
  • L'auriculaire, la maîtrise de l'esprit

La juxtaposition de l'index et du majeur symbolise l'union du moi avec l'absolu ou la pure conscience. Ainsi placés sur le front, ils stimulent Ajna chakra, ce qui est sensé vous procurer une bonne perception mentale, un meilleur self-contrôle, une intuition supérieure et une perception extrasensorielle.

Pratique :

  • Assis confortablement en sukhâsana ou siddhâsana.
  • Appuyez doucement sur la narine droite avec le pouce droit.
    Posez délicatement le bout de l'annulaire et de l'auriculaire sur la narine gauche.
  • Inspirez lentement et silencieusement par la narine gauche, en vous attachant à percevoir, grâce aux terminaisons nerveuses situées à l'intérieur du nez, la fraîcheur de votre souffle dans la narine supérieure et plus haut encore, jusque dans l'intérieur du crâne.
  • Appuyez sur la narine gauche retirez le pouce de la narine droite, et expirez lentement et profondément, en vous attachant à percevoir la chaleur de votre souffle à l'intérieur de la narine droite.
  • Inspirez par la narine droite, en vous attachant à percevoir la fraîcheur de votre souffle, comme précédemment, et expirez par la gauche, en percevant la chaleur de votre souffle.
  • Répétez ce cycle à volonté, pourvu que vous n'éprouviez aucune fatigue.
  • Vous terminez toujours en expirant par la narine gauche.

Si après deux ou trois minutes, vous sentez une chaleur au visage, c'est l'indice que la respiration cellulaire a été stimulée et que l'exercice a atteint un de ses buts : recharger vos batteries cellulaires avec du prana frais.
Vous défaites Nasagra-mudra et vous respirez naturellement pendant 2 minutes.

Intériorisation :

Concentrez-vous sur le passage de l'air dans chaque narine.

Consignes pour le prânâyâma :

  • Avant de pratiquer, dégagez vos narines de toute mucosité.
  • Videz votre vessie et vos intestins.
  • Pratiquez 2 heures après avoir mangé, ou avant le repas.
  • Si la température de la pièce est inférieure à 22°C, couvrez-vous.
  • Pendant la pratique, gardez les yeux fermés.
  • Après le prânâyâma, restez assis, immobile, pendant au moins 2 minutes, en respirant naturellement.

ATTENTION

Evitez absolument de retenir votre souffle (poumons vides ou poumons pleins) si vous souffrez de surtension artérielle ou d'épilepsie. De façon générale, pour maîtriser votre stress, ne retenez pas votre respiration : cela ne peut qu'ajouter de la tension.

 
 

Article Dany Loriole-Martin enseignante de Yoga
Copyright © YOGA PLENITUDE

 
 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau